fbpx

Burn-out, maladie professionnelle ? 

De plus en plus répandu dans les entreprises, le burn-out, épuisement professionnel, semble s’installer durablement dans le monde professionnel.

Si 18% des salariés affirment avoir souffert d’un burn-out, plus d’un salarié sur deux et deux cadres managers sur trois se disent subir un stress régulier dans l’exercice de leurs fonctions.

La pression au travail mais également la dépression sont présent dans les entreprises : 

  • 52 % des salariés se disent anxieux au travail
  • 29 % présentent un niveau dépressif élevé
  • 6% sont probablement en dépression

Cet état touche davantage les femmes (28%) que les hommes (20%) et certains secteurs sont plus concernés que d’autres :

  • Le secteur de la santé (42% des actifs)
  • Du spectacle (31%)
  • Des services (29%)

Les conséquences sur la santé mentale et physique des salariés sont nombreux.

Cela engendre un impact sur la santé pour 60% des salariés mais aussi des problèmes psychologiques graves au cours de leur carrière pour 28%.

Stress : bête noire des salariés

24% des salariés Français sont en situation d’hyperstress, dangereuse pour leur santé.

Le stress est lié à l’accroissement de la charge de travail, la peur de ne pas atteindre les objectifs fixés par sa direction et la peur de perdre son travail. 

Le surplus de travail est une des causes provoquant le stress chez 49% des salariés, 52% des managers et la moitié des directeurs et responsables des ressources humaines.

Pour 37% des salariés, ce stress serait également lié à un manque ou à une mauvaise organisation du travail.

Avec le développement des nouvelles technologies, les salariés sont connectés en permanence à leurs téléphones et vont même jusqu’à travailler chez eux en dehors des horaires de travail voire pendant les vacances.

Le téléphone qui sonne pouvant être source de stress, vous pouvez externaliser vos appels pour une meilleure organisation au travail. L’externalisation de vos appels vous permet également de vous déconnecter et lâcher prise.

Source : Le Figaro

Allons à l’essentiel