Déconnectez …

Que ce soit en vacances ou en dehors de vos horaires de travail, les salariés ont ce besoin de rester connecté.

Si plus de deux Français sur trois rêvent de déconnexion, certains salariés peuvent difficilement déconnecter en raison de la fonction occupée.

Selon une étude de l’IFOP, si les Français restent de plus en plus connecté à leur travail, cela est dû à plusieurs raisons.  

  • S’assurer qu’il n’y a pas de problèmes en votre absence (78%)
  • Pallier au débordement à votre retour (65%)
  • Eviter de manquer d’éventuelles opportunités liées à votre travail (24%)
  • Eviter d’éventuelles remarques d’un supérieur hiérarchique et rester irréprochable (14%)

Avec l’utilisation du smartphone qui est utilisé à 75% pour rester connecter au boulot, 68% des Français sont plus sereins et 75% trouvent leur retour au travail plus simple.

Outre le smartphone qui permet de conserver ce lien avec le travail, on a le PC qui arrive en deuxième position avec 17% d’utilisation chez les Français suivi de 8% pour la tablette.

59% ne sont pas dérangés par ce lien professionnel. Cependant, cet accès permanent et simplifié aux outils de communication professionnelle est source de stress supplémentaire pour 51% des salariés. Pour 29% des salariés, cela engendre aussi de l’agacement pour leurs proches.

 

… en externalisant vos appels

Pour trouver un bon équilibre entre votre vie privée et votre vie professionnelle, déconnecter devient indispensable.

D’après l’étude IFOP, si 21% des entreprises ont déjà mis en place des mesures concrètes face au droit à la déconnexion, 52% ne se sont pas engagés dans l’application de ce droit.

Certaines solutions existent pour déconnecter. Vous pouvez rester joignable tout en étant absent en externalisant votre accueil téléphonique.

Avec Agaphone, vous avez la possibilité d’avoir un suivi ininterrompu pendant vos congés puisque vous recevez les messages pris par nos télésecrétaires en temps réel. Retrouvez l’ensemble des messages sur votre espace client. 

Source : IFOP

 

Allons à l’essentiel